Mustache Boy

Si je vous dis que je vais vous parler d’un petit bonhomme avec une belle moustache et qui saute partout, vous allez me répondre à 99,99%……Mario, le plombier moustachu.
Et bien non ! Il existe un autre moustachu (peut être plombier mais je n’ai pas pu me procurer son CV), son nom : Mustache Boy.

mustache_boy_mustache_boy mustache_boy_en_combinaison
Mustache boy Himself En combinaison de travail


Ce jeu assez atypique, je dirais même inclassable, est assez méconnu. Personnellement je le trouve très bon. J’y ai laissé quelques dizaines de francs à l’époque.
Petite anecdote : La borne d’arcade sur laquelle je jouais avait un petit défaut, à l’aide d’un allumeur de gaz (sans flamme mais juste avec l’arc électrique), il suffisait de donner un petit coup sur l’interrupteur de la borne pour que les crédits pleuvent….Très pratique. ;D

mustache_boy_ecran_acceuil

Un peu de culture.

Année de sortie : 1987
Editeur : MARCH
Genre : Inclassable
Joueur : 2 alternativement

l’histoire:

Alors là, je suis bien en peine de vous raconter l’histoire de notre héro car je n’ai rien trouvé sur le net. Je dirais que Mustache Boy est dans une sorte de vaisseau spatial qui est lui-même dans l’espace. Le but est de terminer une succession de niveau de type labyrinthe. Il y a 60 niveaux à finir.

Si quelqu’un a des informations sur le pourquoi du comment, laissez un commentaire ou écrivez-moi à darksteph.darkarcade@gmail.com.


Le jeu:

Le principe du jeu est très simple, il suffit pour passer le niveau d’en repeindre toutes les cases. En passant dessus, elles changent de couleur.

Le jeu est en vue de dessus, les tableaux sont des labyrinthes avec des couloirs et des zones plus grandes. Des trous sont présents ou l’on peut distinguer l’espace (avec les petites étoiles). Dans les premiers niveaux, des murs empêchent le joueur de tomber dans l’espace, dans les suivants il suffira d’un saut malheureux ou d’un coup de joystick hésitant pour perdre une vie en « tombant » dans les étoiles.

mustache_boy_espace_etoiles mustache_boy_etoiles_oui
Ici impossible de tomber Ici un faux pas et hop, bonjour les étoiles



Les ennemis apparaissent aléatoirement dans les niveaux, il suffit d’un contact pour perdre une vie. Heureusement notre héro est un as du saut et surtout du double saut, il faudra absolument en user et en abuser sans modération pour pouvoir tous les éviter.

Le Bestiaire
mustache_boy_enemi_1 mustache_boy_enemi_2 mustache_boy_enemi_3 mustache_boy_enemi_4 mustache_boy_enemi_5 mustache_boy_enemi_6 mustache_boy_enemi_7


Quelques cases spéciales viennent nous aider afin de terminer le niveau en cours.

Les cases spéciales
mustache_boy_stop Les cases STOP figent les ennemis, il est possible de passer dessus sans perdre une vie. Un compte à rebours sonore se met en route, il faudra bien anticiper la fin avant de décider de passer sur un ennemi.
mustache_boy_pow Les cases POW donnent au joueur un gant de boxe virtuel qui permet de tuer les ennemis en les projetant dès qu’on les touche.
mustache_boy_kill Les cases KILL tuent instantanément tous les ennemis du niveau. Attention dans certains cas d’ilots isolés, il ne vaut mieux pas utiliser cette case sous peine de faire réapparaitre les ennemis là où il ne faut pas.

La grande particularité de ce jeu, c’est les ballons. Il y en a partout (plus qu’à une fête d’anniversaire), des jaunes, des bleus et des rouges pour le score. Des verts pour obtenir des lettres bonus et des blancs pour booster notre héro ou avancer dans les niveaux plus rapidement (je reviendrai sur la description de ces deux couleurs plus bas).

Petit tableau récapitulatif :

Les ballons
mustache_boy_ballon_bleu mustache_boy_ballon_jaune mustache_boy_ballon_rouge
bleus jaunes rouges
mustache_boy_ballon_vert
Les ballons verts donnent les lettres ci-dessous
mustache_boy_lettre_m mustache_boy_lettre_u mustache_boy_lettre_s mustache_boy_lettre_t mustache_boy_lettre_a mustache_boy_lettre_c mustache_boy_lettre_h mustache_boy_lettre_e
mustache_boy_ballon_blanc_0
Les ballons blancs donnent les bonus ci-dessous
mustache_boy_amphore mustache_boy_bottes mustache_boy_disquette_or_0 mustache_boy_pinceau mustache_boy_pot_or



Revenons plus particulièrement sur les ballons verts et les blancs.

Les verts donnent une lettre tirée aléatoirement du mot « MUSTACHE ». Une fois toutes lettres eues et affichées sur le panneau latéral, le niveau en cours se termine, le joueur gagne une vie et un niveau bonus apparait.

Le but dans ce niveau est d’attraper le plus possible de ballons.

mustache_boy_lettre_mustache
Le panneau avec les lettres bonus La vidéo du niveau bonus
(désolé pour le son mais la saturation vient du jeu lui même !!!!!)

Les blancs donnent un bonus directement au joueur.

  • La disquette est un WARP qui nous fait passer trois niveaux.
  • Les bottes permettent de sauter beaucoup plus loin.
  • Le pinceau permet de peindre plus de cases en même temps.
  • Le pot en or permet de multiplier par 10 le score lorsque l’on repeint une case, 100 pts au lieu de 10 pts..

Une autre difficulté vient s’ajouter, le TEMPS.

En effet, il ne suffit pas de déambuler gentiment dans les niveaux en faisant le peintre. Que nenni, il faut le faire très rapidement.
Le compte à rebours sera sans pitié, une fois à zéro c’est une vie en moins. Mention spéciale pour la musique qui s’accélère lorsque le décompte est proche de la fin, stress assuré !


PLAGIAT :
Mustache boy a fait un émule, SKWEEK sorti en 1989 sur tous les ordinateurs à la mode (amiga, atari ST, CPC etc…).
Le jeu nous montre une petite boule de poils devant repeindre toutes les cases du niveau pour passer au suivant. La seule variante est que dans ce jeu, il n’y a pas de saut possible. Mais on ne peut pas se tromper, c’est vraiment à peu de chose près le même jeu.

mustache_boy_skweek_1 mustache_boy_skweek_2 mustache_boy_skweek_3

Mon avis:

Ce jeu est gros coup de cœur, sans être un grand hit, il est très plaisant à jouer et super addictif.
Son système de jeu atypique (pour l’époque) en fait un jeu attachant. Notre héros tout casqué et en combinaison bondi dans tous les sens pour éviter ses ennemis.

Les niveaux sont terriblement bien conçus, les labyrinthes nous oblige à constamment être sur le qui-vive pour ne pas faire une rencontre malheureuse et perdre une vie.

Les ennemis, un peu mous en début de partie deviennent rapidement vifs et anticipent nos sauts et mouvements pour mieux nous faire perdre une vie.

Concernant les graphismes, cela reste très classique et sans fioritures. Les musiques sont entrainantes et ne lassent pas tout au long des soixante niveaux du jeu.

Je me régale encore actuellement à essayer de finir ce jeu. Je l’aurai un jour, je l’aurai…


Les videos :

« Comment jouer » sur le niveau un et deux

Téléchargement (sur le site planetemu.net) :

About the Author: darksteph

avatar

Âge 39 ans.
Ville Paris.
Fan de jeux d’arcade et de programmation.

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Securité *